favicon-zomes-concept

Yann Lipnick : créateur et concepteur

Créateur et concepteur de zomes, Yann Lipnick est également géobiologue et bioénergéticien.

Il a réalisé, durant 20 ans, des architectures de hautes qualités vibratoires, basées sur la famille des formes zomes et inspirées de l’étude des temples anciens, de la géométrie sacrée et de la biodynamie.

Il est l’auteur du dossier « Zomes, architectures vivantes & formes biodynamiques » et du livre  « Construire des zomes en verre » dans lesquels il partage ses connaissances des zomes et ses expériences.

Aujourd’hui il consacre plutôt ses recherches à une géobiologie au service de la nature et des divers procédés de dynamisation.

Il propose actuellement des conférences et des stages, dans le domaine de la géobiologie, de la bioénergie et la découverte du monde invisible.

Pour en savoir plus : Découvrez la clé USB sur les zomes !

Une base de données originale sur les zomes, les architectures vivantes et les formes biodynamiques qui vous permettra d’appréhender toutes les possibilités que recèlent ces formes ! La plus grande documentation actuellement disponible sur les formes zomes : des photos, des articles de presse, des plans et des dossiers techniques, et un programme de calcul.

La conscience des formes

Les zomes sont des volumes géométriques composés de losanges agencés en double spirale. Ces formes, très peu connues au début du siècle, ont été mathématiquement codifiées par l’ingénieur Américain Steve Baer dans les années 60. C’est lui qui leur a donné ce nom en associant le ZO de rhombizonaèdre (nom géométrique de cette forme) et le ME de dôme. C’est en 1975 qu’ils apparaissent en France grâce au professeur d’architecture Jean Soum qui les utilisera pour créer de nouveaux prototypes d’habitat. Malgré de belles réalisations, notamment dans le sud-ouest de la France, l’idée reste trop marginale ou bien trop en avance sur son temps. Pourtant, un jeune constructeur, Luc Tillie, décide de créer une entreprise de zomes mais il est victime d’un accident de la route peu de temps après et l’idée retournera aux oubliettes ou du moins est classée parmi les multiples tentatives d’habitats alternatifs des années 70. Ce n’est que plusieurs années plus tard, en 1987, que je pénètre « par hasard » dans une de ces structures. Intéressé principalement par l’architecture sacrée que j’étudie depuis des années, je ressens alors ce que je nommerai plus tard « l’appel des formes »: une trans-formation de la conscience, et la nécessité de réaliser des formes nouvelles en accord avec la profonde harmonie du vivant. Je commence alors à construire des prototypes expérimentaux, persuadé que ces formes ont le pouvoir de manifester les forces de vie avec une intensité peu commune. J’associe les données dont se servaient les anciens constructeurs (nombre d’or, coudée royale, symbolisme…) à une approche artistique et spirituelle, afin d’appréhender ces formes d’une façon nouvelle, voire hors de toute norme architecturale. Suit alors la construction de plusieurs prototypes en bois dans lesquels apparaît clairement une modification du champ énergétique local qui se traduit surtout par une concentration et une amplification des forces de vie. Une énergie très proche de celle que l’on peut ressentir dans certains lieux sacrés. Malgré les résultats étonnants, confirmés par de nombreuses personnes, l’exploitation de ces formes reste encore très limitée à l’heure actuelle ; ceci étant dû en partie à la difficulté d’obtenir des permis de construire et à la volonté des pouvoirs publics de limiter une certaine liberté d’expression. Néanmoins les recherches continuent ; au cours d’un voyage au Québec, j’ai l’idée de construire un petit zome en verre (50 cm de diamètre) pour faire une maquette. En effet, construire de petites formes, outre l’aspect financier et le gain de temps que cela représente, permet de mieux appréhender leur impact géobiologique sur l’environnement. Et là, surprise ! le petit zome en verre irradie son énergie sur un rayon de plusieurs mètres. De retour en France, je me lance alors dans la fabrication de zomes en verre de petite taille. Progressivement, je me retrouve en présence de formes dont les propriétés aux profondeurs insondables m’entraînent vers un univers symbolique et multidimensionnel.